À propos du film « Tout va bien »

Lors de la ciné rencontre du 26 janvier 2017, nous avons discuté du film « Tout va bien », réalisé en 2009 par Kirk Jones, avec comme acteurs principaux Robert de Niro et Drew Barrymore.

Impressions générales : film sans surprises réelles, qui raconte la vie de tous les jours de Frank, un vieil homme, récemment veuf, qui s’ennuie de ses quatre enfants et les a tous invités pour des retrouvailles. Apprenant que trois d’entre eux se désistent tour à tour , il décide, contre l’avis de son médecin, (car il souffre d’une fibrose pulmonaire suite à son travail sur les gaines entourant les fils électriques), de leur faire une visite surprise….. Il voyagera donc de chez lui (on ne sait pas clairement d’où il part) jusqu’à New-York, puis Chicago et Las Vegas.
C’est un film d’introspection, qui l’amènera à remettre en question le style d’éducation qu’il a adopté pour eux quand ils étaient petits. En effet, il constate rapidement que les échanges qu’il a avec eux au cours de ses visites ne sont pas clairs et que chacun lui ment à sa façon, ou du moins qu’ils partagent un secret dont il est exclu. Il réalisera en particulier qu’il avait beaucoup idéalisé les professions que chacun lui avait dit pratiquer…., pour ne pas le décevoir! Ajoutons aussi que lorsqu’il pense à eux, c’est comme s’il ne les revoyait que petits et non comme les adultes qu’ils sont à présent.
.
Cette rupture de communication amènera les participants de notre rencontre à constater combien les relations familiales ont changé depuis 30 ou 40 ans. Autrefois, les couples étant le plus souvent stables, le père jouait essentiellement un rôle de pourvoyeur, tandis que la mère, en plus d’assurer toutes les tâches ménagères, recevait les confidences de ses enfants, aussi bien de leurs joies que de leurs peines. Maintenant que les femmes travaillent en dehors de la maison, les pères, ou leur substitut, participent beaucoup plus à la bonne marche de la maison et à l’éducation des enfants. Ils sont donc plus au courant de leur cheminement.

Dans le film, ce n’est que lorsque Frank fait une crise cardiaque que les trois se retrouvent près de lui à l’hôpital et qu’il constate combien ils ont souffert de ses exigences de rendement ! ‘Tu t’inquiétais toujours tellement….Tu voulais que tout soit parfait!’ Quand il apprend sur son lit d’hôpital que son aîné, David, s’est suicidé au Mexique, sa fille lui dit même : ‘Tu nous as peut-être poussés un peu trop…David avait peur de te décevoir !’
La fin du film est toutefois heureuse puisqu’ils se retrouvent tous les quatre pour passer Noel à la maison, avec ses 2 petits-enfants, et qu’en allant par la suite faire une visite au cimetière, il confiera à sa femme que finalement leurs trois enfants sont heureux, qu’il souhaite que David l’ait retrouvée au ciel et que TOUT VA BIEN!

Au cours des échanges, on a aussi mentionné l’importance que les fils électriques occupent dans le film, visuellement, mais aussi par les nombreux échanges téléphoniques des trois enfants entre eux; ce qui met bien en valeur leur solidarité mutuelle. La bande sonore et les chansons (dont une de Paul Mc Carney) vont bien en support avec l’histoire. Par ailleurs, plusieurs livres ont été évoqués, traitant des relations père-fils, dont celui de Guy Corneau : Père manquant, fils manqué, ceelui de Jacques Grand’maison, La révolution de l’homme d’ici et ceux du père Benoît Lacroix, La religion de mon père et La foi de ma mère. Une belle rencontre.

Janine Flessas.

Encouragez-nous et faites un don dès aujourd'hui !faire un don