Réflexion pour le temps de Pâques

Apprendre à ressusciter

tombeau videDans l’annonce de la Résurrection de Jésus, il y a un élément étonnant : le tombeau vide ! Venues au tombeau pour pleurer un mort, les deux Marie trouvent le tombeau vide (Matthieu 28, 1). Elles cherchent un cadavre à embaumer. Elles veulent retrouver le maître qu’elles ont connu et aimé et elles trouvent un espace vide, ouvert sur la lumière de l’aurore! La Bonne Nouvelle de Pâques, c’est une absence! Étonnant!

Le messager leur dit la Bonne Nouvelle : « Vous cherchez un mort, il n’est pas ici … il est ressuscité … comme il l’avait dit. »  Tout commence par l’absence de Jésus ressuscité et par l’invitation à le chercher désormais ailleurs : « Il n’est plus ici … il vous précède en Galilée …»

Les deux femmes étaient dans la nostalgie du passé … Elles voulaient retrouver le Maître qu’elles avaient connu en Galilée. Mais ce temps est terminé. Le messager les invite à se tourner vers l’avenir. « C’est là que vous le verrez! » Où le verrons-nous? Dans notre vie, …dans la vraie vie.

C’est que désormais, Jésus, vivant, nous précède là où nous vivons. Jésus nous attend sur les chemins quotidiens de notre vie. Il nous y attend pour nous apprendre à ressusciter. Car la Résurrection, ce n’est pas seulement pour après notre mort. Elle est déjà commencée. Avec le Christ, nous avons déjà commencé de ressusciter à une vie nouvelle.

Et la vie de ressuscité, ça s’apprend. Jésus nous apprend à ressusciter comme, enfant, on apprend se tenir debout et à faire ses premiers pas. Vivre à la suite de Jésus, c’est apprendre à ressusciter. (Charles Singer, Saisons p. 130)

Apprendre à ressusciter, c’est apprendre à vivre chaque jour de façon humaine, vraiment humaine. C’est apprendre à croire que Dieu se consacre au bonheur du monde. C’est apprendre à espérer que la vie a un sens.

Si, après avoir fêté Pâques, nous nous sentons pleins d’espérance, pleins d’une joie profonde, prêts à surmonter les méchancetés, les tristesses, les rancunes, les faiblesses, les fautes, si nous essayons  de jeter sur le monde un regard plus optimiste, plus constructif, pour voir partout et dans toutes les personnes le germe de bien, le germe de vie, le germe d’espérance. c’est que nous commençons d’apprendre à ressusciter. Alléluia!

Clément Farly

Tags: , ,

Encouragez-nous et faites un don dès aujourd'hui !faire un don