Des Algériens heureux d’avoir choisi le Québec

Le dimanche, 23 janvier 2011, Chemins de vie accueillait le témoignage d’un couple d’algériens, arrivés au Québec, en 2001. Malgré les difficultés éprouvées pour trouver un emploi selon leurs compétences, Leila Leisbet et Ferid Chikhi se disent très heureux d’avoir choisi le Québec.

Le couple et leurs deux filles ont fui le climat politique oppressant de leur Algérie natale nourri par l’intégrisme religieux. Ils ont choisi de venir s’installer en terre d’Amérique après avoir vécu trois ans en Europe. Ils ont découvert avec bonheur une société d’accueil où la condition des femmes était fort avancée, où la démocratie correspondait à un véritable État de droits, où on pouvait vivre en toute égalité et liberté.

L’enthousiasme des nouveaux arrivants a été vite assombri devant les difficultés à trouver un emploi correspondant à leur formation académique et à leur expérience de travail. Et, soit dit en passant, l’après 11 septembre ne facilitait pas les choses à ces musulmans d’origine maghrébine. Il fallait retourner à l’université pour des mises à niveau ou accepter d’occuper des postes, et donc des revenus, bien en deçà de leurs espoirs et attentes.

Le couple témoin a aussi partagé leur inquiétude par rapport à la montée de l’Islamisme au Québec. Ils dénoncent les stratégies des musulmans fondamentalistes qui passent, selon leurs dires, par toute sorte de demandes d’accommodements qui n’ont pour effet que d’encourager la discrimination et d’alimenter le racisme. Pour eux, la religion est affaire privée et l’espace publique doit être laïque, neutre et ouvert à tous.

S’ils affirment haut et fort que l’intégration des immigrants est d’abord et avant tout reliée à l’emploi, et malgré les renoncements qu’ils ont dû faire à ce chapitre, ils se jugent eux-mêmes parfaitement intégrés à la société québécoise. Plusieurs témoigneront que Leila et Ferid ne se laissent pas enfermer dans un ghetto culturel et communautaire mais qu’ils se sont investis à plusieurs niveaux et dans nombreux réseaux. À leur instar, nous sommes heureux de les compter parmi nous et nous les remercions pour leur contribution déjà précieuse.

Yvonne Demers
25 janvier 2011

Tags: , ,

Encouragez-nous et faites un don dès aujourd'hui !faire un don

7 commentaires sur “Des Algériens heureux d’avoir choisi le Québec”

  1. fatima

    salam alaykum
    je suis tres heureuse que des personnes habitant les pays magrebens vioennent venir habiter mon pays.
    il y a eu plusieurs difficultees a surmonter parmi eux mais allah est la pour les aider.
    je sais qu ,en algerie il y a une dictature pour laquel lea algeriens doivent se conformer mais rien nempeche de vivre la religion d Allah et la sunna car j y suis allee et jai vu de mes propres yeux des gens la pratiquer.<
    jai vecu quelquetemps parmi des gens d une petite ville et ceux la la pratiquait bien.
    comment font ils ici les musulmans qui arrivent de leur pays respectif pour continuer a pratiquer la religion d allah voyant les employeurs leur interdirent de pratiquer l islam comme il se doit?.
    pour les femmes peut etre cest mieux car elles doivent (par choix personnel) demeurer a la maison mais pour l homme car lui il se doit d aller a la mosquee accomplir la priere et aussi a la priere du vendredi car se sont eux qui instruient leur famille sur la religion.

    partir comme ca un peu avant midi pour 2 heures environ cest pas toujours permis a moins d avoir un patron musulman et que les emplyes acceptent se genre de chose la.
    jaimerais que plusieurs donnent leur commentaire sur cela. je nai pas de television pour ecouter leur temoignage avors repondez moi dans mon courriel si il y a lieu.
    bien a vous
    fatima (convertie quebecoise de 62 ans)
    assalam alaykum

    #17
  2. botchan

    Très bien, très sympa. Mais l’article dit qu’ils sont musulmans. Un musulman, par définition, adhère aux principes du Coran et de la sunna. Et ce sont ces textes – et non comme on essaye souvent de nous le faire croire des interprétations extrémistes – qui ordonnent aux adeptes de l’islam de lutter les armes à la main pour imposer partout la loi d’Allah, par la contrainte et l’élimination physique des récalcitrants….
    …. Alors, si ces gens si sympathiques apprécient tant les valeurs et règles de fonctionnement de la société québécoise, pourquoi adhèrent-ils à cette idéologie qui a pour but de la détruire. J’aimerais que les intéressés m’expliquent (et sans takkiya, s.v.p.).

    #14
    • Francine Garcin

      Bonjour,
      J’étais présente à cette belle rencontre de témoignage. Les deux – l’homme et la femme – ont parlé avec conviction et une foi profonde dans la relation qui se veut pacifique et sereine entre Chrétiens et Musulmans.
      Ils ont vécu l’islam politique et les dérives qu’en font ses tenants. Ils ont clairement fait la distinction avec l’Islam et l’usage qui en est fait par des personnes telle que vous. L’idéal aurait été d’être parmi nous et avec nous pour poser de vive voix votre question. Mais c’est facile de se cacher derrière un pseudonyme pour claironner.
      À la fin de la rencontre j’ai parlé aux deux et M. Ferid m’a invité à visiter le site de l’Assemblée nationale dans la partie débat des projets de lois. Il a fait une intervention remarquable devant la commission des institutions sur les accommodements raisonnables. Je vous invite pour votre information à écouter ses propos ils sont édifiants.

      Francine

      #16
  3. amal

    Bonjour je suis algérienne , j’ai quitté mon pays a l’âge de 22 ans ,ingénieure, j’ai poursuivi mes études a l’école polytechnique, …. j’ai du fuir mon pays d’origine pour échapper au joug de l’islamisme qui a mis mon pays a feu et a sang mon pays et non au climat politique, qu’a cela n’en tienne les algériens doivent leur salut a l’Algérie actuelle, la décennie noire en Algérie a fait fuir la matière grise, et ironiquement les cellules dormantes des islamiste se trouvent en occident et nous les femmes faisant les frais de laxisme et d’accomodement …….

    #13
  4. Gilles Guérard

    Le résumé du témoignage des algériens venus s’établir au Québec, résumé signé par Yvonne Demers, m’a permis de saisir l’essentiel, n’ayant pas pu écouter en direct les témoins.
    Merci pour avoir invité ces gens venus d’ailleurs, d’une région en effervescence actuellement.
    Merci à Yvonne pour le résumé fort bien tourné.
    Je souhaite que Chemins de vie s’ouvre encore à des témoignages provenant de religions autres. Bravo pour cette initiative.
    Un membre intéressé…
    Gilles

    #12
  5. Caroline Blais

    Bonjour,

    J’étais présente à cette rencontre témoignage et je dois avouer qu’après avoir écouté avec attention le témoignage de Leila et de Ferid j’ai changé d`avis en ce qui a trait à ma perception des québécois d’origine maghrébine. Il faut dire que pas très loin de chez nous vivent des familles Maghrébines venues du Maroc, les femmes portent le voile, leur français est à peine compréhensible et je ne les ai jamais vu sortir en famille – hommes, femmes et enfants -… Leur participation sociale n’est pas perceptible et les maris fréquentent la mosquée de Brossard. Je n’ai jamais pu leur parler.

    Ce dimanche, à Chemins de vie, j’ai entendu et vu des choses qui m’ont interpelée : La facilité avec laquelle les deux témoins s’exprimer en Français, leurs deux parcours pour se trouver un emploi stable, leurs déterminations à s’intégrer, leurs connaissances de la culture québécoise – je dirais que certains québécois ne connaissent même pas Félix Leclerc et pourtant Ferid en a parlé, il regarde ‘’tout le monde en parle’’, etc. A tout cela s’ajoute l’humour avec lequel il a fait son témoignage alors que Leila a su résumer la condition des femmes venues des pays musulmans ; c’est une battante et à l’avenir je la citerai en exemple.

    Bravo ! à Chemins de vie et à son équipe pour cette rencontre.

    Blais Caroline

    #11
  6. Francine Garcin

    J’ai été dans le doute avant de les entendre parler – Leila et Ferid – ces deux québécois d’origine algérienne on su capter mon attention et m’intéresser à leur vécu. C’est courageux de changer de pays, de vie, d’habitude à 50 ans. C’est courageux de repartir de zéro. C’est courageux de prendre de nouvelles habitudes sans pour autant rejeter les leurs. Il est vrai que des immigrants pareils il en faut encore et encore et il nous sera plus facile, à nous québécoises et québécois de les soutenir dans leur intégration.
    J’ai observé que la centaine de personnes qui étaient présentes à cette rencontre, et en échangeant avec quelques unes d’entre elles, avait changé leur regard de ces québécois musulmans. La distinction clairement établie par Leila et Ferid entre Musulmans et Islamistes nous aide à mieux les comprendre. A mon avis il faut organiser une autre rencontre pour que plus de gens les écoutent.
    Merci, Denise, Merci Monique, Merci Yvonne…
    Francine Garcin

    #10