Lancement de l’année : 30 septembre 2012

Le dimanche 30 septembre, c’était, à Chemins de vie, l’ouverture de sa dixième année. Une centaine de personnes étaient présentes. Au cours de la rencontre, elles ont été invitées à dire l’importance de Chemins de vie sur leur route.

On trouvera ici deux de ces témoignages, ceux de Férid Chikhi, Algérien d’origine et de Clément Farly, un des membres fondateurs.

Le tableau qui suit donne, par ordre de fréquence, les mots que les participants ont utilisés pour qualifier leur expérience spirituelle.

On trouvera d’autres photos prises lors de l’événement, en cliquant ICI.

Témoignage de Férid Chikhi

Ch.de-vie30-09-12-072Mesdames, Messieurs, Bonjour,
Bonjour à vous aussi Madame la Cordonnière.

Je vais vous conter ma venue sur les chemins de vie pendant que vous réparez mes souliers. Il vous faut savoir qu’ils viennent d’ailleurs. Et ils ont quelque chose de distinct par rapport à ce qui vous est familier. Ils ont emprunté des chemins forts différents.

Comprenez, c’était écrit dans le ciel. Le ciel de ma patrie, celle qui m’a vu naître. C’était écrit dans le ciel bleu de ce désert immense recouvert de sable doré qu’est le Sahara. C’était écrit, que ces souliers me mèneraient sur les chemins qui montent vers les cimes élevées du Djurdjura et de l’Aurès, sur ceux du Dahra et des monts de Collo. C’était écrit dans le ciel, que sur les chemins qui montent vers les pics de l’Assekrem, je le rencontrerai. Je le rencontrerai, le Petit Frère Charles de Foucauld. Celui qui s’y est retiré pour se rapprocher de Dieu.

Savez-vous, Mesdames, Messieurs et vous chère cordonnière, savez-vous que la vieille Targuia m’avait dit – parlant de ce petit homme – que c’était ‘’un musulman qui parlait une langue qu’elle ne comprenait pas. C’était la langue de son Dieu … ‘’, m’avait-elle dit. ’’Mais par Allah’’, avait-elle poursuivi,  »par Allah, lorsque je l’entendais parler de son Dieu, j’avais la sensation qu’il ressemble au Notre. »

Je peux vous confier chers amis que cette rencontre avec Charles de Foucauld m’a beaucoup marqué. Eh! Oui. Eh ! Oui, déjà dans ma tête, j’avais débuté mon cheminement. Ces souliers, que vous voyez là, m’ont fait passer de mes chemins qui montent vers les chemins de vie, m’emportant d’une mer à un océan et d’un océan à l’autre.

Je me suis retrouvé dans ce pays immense comme mon désert. Un pays de blanc revêtu six mois de l’année, mais avec une touche de verdure.

Pourrais-je me permettre de vous confier autre chose ? Dès que vous les aurez réparés ces souliers vont vite trouver des chemins qui me conviennent, des chemins qui pourraient me mener encore plus loin et encore plus haut.

Savez-vous que, sur ces chemins de vie, j’ai rencontré bien des personnes et il y avait quelque chose de commun entre leurs paroles et celles du Petit Frère Charles rencontré sur l’Assekrem.

Sur mes chemins de vie, je ne l’ai pas retrouvé mais j’ai rencontré Marie et Pierre, Marc, Rachel et Jean… et bien d’autres. Toutes et tous parlent sa langue. La langue de l’écoute, de la tolérance, de l’amour, de l’échange, de la solidarité. La langue du Petit Frère Charles … Finalement, elle me sert bien cette langue dont d’aucuns disent qu’elle se perd au milieu de Babel.

Que dis-je ? Elles se trompent ces mauvaises langues, parce que mes souliers, ceux-là même qui m’ont mené sur ces chemins de vie, ils me l’ont révélé, elle sait mieux résister dans le froid du Québec que dans celui du RoC.

Encore mieux mes chers amis laissez-moi vous dire que la langue de l’écoute, de la tolérance, de l’amour, de l’échange, de la solidarité, que vous maniez si bien, c’est aussi celle de la compréhension, du discernement, de l’intelligence et de la finesse.

Oui ! Oui ! C’est bien de cela qu’il est question et, les veilleurs se sont rassemblés pour mieux la protéger et la préserver. Elle avait déjà pris les chemins qui montent, à présent elle est sur les chemins de vie.

C’est là toute l’histoire de ces souliers. Je vous les confie pour me les réparer. Je sais qu’ils pourront encore me mener sur d’autres chemins d’apprentissage.

Témoignage de Clément Farly

DSCN0281Je suis très touché de ce que j’entends ici cet après-midi. Je me réjouis que, dans votre pèlerinage, plusieurs d’entre vous ont trouvé un appui à Chemins de vie. Ce que vous dites justifie l’existence de Chemins de vie. Cela montre la pertinence de l’intuition initiale qui lui a donné naissance.

Il y a dix ans, les responsables des paroisses et du diocèse de Longueuil faisaient cette constatation : «Dans notre milieu, il y a des gens qui souhaiteraient recevoir un appui dans leur recherche de spiritualité et nous ne sommes pas équipés pour les aider. » Ils se posaient la question que nous retrouvons dans le refrain que nous venons de chanter :

Existe-t-il en quelque part un lieu
Où s’amarrer, où se trouver ?
Existe-t-il en quelque lieu un port
Où prendre pied, se sentir mieux ?

Ils ont demandé à quelques personnes de créer ce lieu. Pour ma part, j’avais atteint l’âge de la retraite, j’étais disponible, j’ai dit oui immédiatement. Nous nous sommes retrouvés douze volontaires enthousiastes pour inventer ensemble ce lieu. C’est ainsi, que depuis dix ans, Chemins de vie s’est développé progressivement au gré de la créativité de chacun des membres de l’équipe.

Tout au long de l’aventure, j’ai eu de belles surprises. Les choses se sont souvent passées autrement que prévu. La plupart du temps, mieux que prévu. C’est la beauté de la vie. J’ai dû apprendre à faire confiance à la vie, même si c’est parfois stressant.

En effet, la vie est comme un voyage, un voyage vers « son pays intérieur » , comme l’écrit Gilles Vigneault. Le voyage le plus exaltant … le plus passionnant … avec ses surprises …

Chacun doit marcher son chemin, inventer sa route, unique. Mais, sur cette route, il est bon d’avoir des compagnons. C’est ce que Chemins de vie veut offrir : de l’accompagnement aux marcheurs de la vie. Accompagner, ce n’est pas marcher devant, ni marcher derrière, c’est marcher à côté. Dans cette aventure commune, nous recevons tous, nous donnons tous…

Pour ma part, une des belles surprises de cette aventure, ce sont les belles rencontres que je fais ici. Je découvre des personnes qui partagent un même intérêt pour l’aventure spirituelle et qui deviennent des compagnons de route.

Ainsi, chaque mois, depuis dix ans, nous accueillons un témoin. Des gens s’étonnent : « Comment faites-vous pour trouver tous ces témoins, si intéressants? » De fait, il y en a beaucoup de ces belles personnes tout autour de nous …. Il faut simplement être attentif : apprendre à voir la vie et les gens avec les yeux du cœur.

Permettez-moi de terminer par une histoire. Quelqu’un demande à un sage hindou : « Maître, expliquez-nous ce qu’est la vie spirituelle. » Le maître : « Si quelqu’un qui n’a jamais mangé une orange vous demande ce que goûte une orange, vous pouvez dire : c’est à la fois sucré et acidulé, c’est délicieux, etc. Mais cette personne ne saura jamais ce que goûte une orange. Par contre, si elle en mange une, elle saura ce qu’est le goût bien particulier de l’orange, et ensuite, pour le reste de sa vie, elle le reconnaitra immédiatement. De même pour la spiritualité. Je puis vous dire des choses … mais rien ne remplace l’expérience. »

Pour ma part, je me considère chanceux d’avoir pu, à Chemins de vie, partager ce goût avec autant de personnes.

Des mots pour dire l’expérience spirituelle

Le 30 septembre, après avoir présenté le conte « Moi, mes souliers ont beaucoup cheminé », la cordonnière invitait les personnes présentes à exprimer en un mot, leur cheminement spirituel à Chemins de vie. Le tableau présente une compilation de cet échange.

no Un mot Fréquence
1 Partage. Échanges sur la spiritualité … la culture… les valeurs. 10
2 Amour. Force de l’amitié. On n’oublie pas les gens ordinaires. Entraide. Fraternité. Support. 10
3 Accueil chaleureux et-inconditionnel. On prend les gens tels qu’ils sont. Écoute. Gentillesse. 9
4 Être en recherche. Chercher le sens à la vie. Ne pas lâcher. Donner du sens aux souffrances quotidiennes. Se perdre pour se retrouver. Réparer. Continuer. Nouveau départ. Avancer. 9
5 Faire communauté. Solidarité. Compagnon de route. Ouverture aux autres. 8
6 Espoir. 7
7 Voyage. En route. Cheminer à son rythme. 7
8 On jase. Lieu de rencontres. 6
9 Joie et liberté/plaisir. Vivre en abondance. La vie est belle. Moins d’usure. 5
10 Oasis. Pause. Temps d’arrêt. Lieu de réflexion. Temps de réflexion. 5
11 Grandir. Épanouissement. Enrichissement. Transformation. Croissance. 5
12 Espérance. 3
13 Témoignages et parcours de vie. Chacun est accueilli avec son histoire de vie particulière. 3
14 Carrefour de spiritualité. 1
15 Arc en ciel. Arc en soi. 1
16 Apprentissage. Apprentis apprenant à être sage. 1
17 Source d’inspiration et de réconfort moral pour continuer la route. 1
18 Un pas avec mon Dieu et avec l’autre. 1
19 Chercheurs de Dieu. 1
20 Rencontre avec soi, l’autre et le Tout Autre. Se relier aux autres et à Lui. 1
21 Du vivant vers le Vivant. 1
22 Moyen de mieux s’intérioriser, de réfléchir à sa vie. 1
24 Chemin d’espoir, de vie. Marcher. Marcher pour parvenir au bout du chemin malgré les embûches. 1
25 Quand on a connu Chemins de vie, on demeure toujours en cheminement 1