Le vendeur

Jeudi le 19 avril, huit personnes participaient à l’activité mensuelle « Ciné rencontres» pour échanger sur le film « LE VENDEUR »

Après avoir donné des premières impressions sur le film LE VENDEUR, le groupe a longuement réfléchi sur la difficulté de n’avoir rien à faire à la retraite.

La conviction était posée comme simplement possible que la vie humaine, même la plus inutile en apparence, puisse être belle, bonne et immensément grande en elle-même.

Les participant(e)s ont essayé de saisir les comportements du vendeur et ses intentions non-dits.

Le « héro » du drame ne veut pas prendre sa retraite. Il regarde le sommet des maisons comme le symbole d’un incompréhensible mystère de vie.

L’usage d’un petit appareil enregistrant des bribes de vie, des conversations, des moments du passé qui arrive dans le présent, a été le gadget dans les mains du vendeur. Un simple symbole!

La grande baie vitrée qui coupe en deux l’intérieur et l’extérieur, la neige dehors et la réclusion du confort dedans, le réel et l’irréel, semble encore (même après avoir vu le film) la grande séparation à franchir.

Enfin, notre « héro » se décide à rejoindre l’équipe pour « la parade pascale » des nouvelles voitures qui arrivent au printemps. Il est presque regrettable de voir cet homme s’acharner à vouloir imposer sa présence de champion vendeur alors que le monde bascule et désire autre chose. Il est toutefois si attachant comme homme!

Gilles Guérard, co-animateur de l’activité

Encouragez-nous et faites un don dès aujourd'hui !faire un don