Lytta Basset : « Oser la bienveillance »

Céline Yelle rend compte de la conférence que Lytta Basset a donnée, sous le titre de «Oser la bienveillance : un autre regard sur l’être humain», le jeudi 8 octobre 2015 au sous-sol de la co-cathédrale Saint-Antoine-de-Padoue, à Longueuil.

Lytta Basset 2 BC’est avec la force de sa réflexion mariant expérience, recherche et intériorité que Lytta Basset nous a lancé ce défi «Oser la bienveillance» lors de sa conférence publique à Longueuil.
Dans la première partie de son exposé, Madame Basset nous a permis d’explorer la présence de ce regard négatif porté sur l’humain, soi et les autres : mésestime de soi, honte, méfiance, recherche d’un coupable, déresponsabilisation et autres.
Notre culture occidentale porte des traces de la notion de péché originel qui a marqué le christianisme, catholique et protestant. Des citations de textes plus anciens de Martin Luther, de Calvin ou d’un rituel catholique du Baptême du 15e ou 16e siècle ont illustré ces affirmations. Cet exposé nous invite à quitter ce regard culpabilisant sur l’humain, vu comme porteur d’une faute dès sa naissance, pour oser la bienveillance envers soi et les autres. Il est aussi invitation à nous préoccuper de la qualité de l’éducation des enfants, au regard que l’on porte sur l’enfance :« Personne n’est trop jeune pour qu’on ne le traite en citoyen, en être humain ».
Relire les textes bibliques nous rappelle la bénédiction de Dieu sur la création, y compris les humains. C’est le texte de la rencontre entre Jésus et Zachée (Luc 19,1-10) que la conférencière a choisi d’analyser pour présenter la force du regard bienveillant sur l’autre et les effets d’une telle rencontre. Dans ce récit, Zachée, « collecteur d’impôt et riche », monte dans un arbre pour voir Jésus. Jésus le voit, est attentif à son désir et lui demande de demeurer chez lui… Zachée en est transformé!
Le regard bienveillants change, met en route, ouvre de nouvelles possibilités. Ne nous est-il pas arrivé de dire, à un moment ou l’autre de notre vie : « la rencontre de telle personne m’a sauvé… »?
Mais comment reconnaitre ce regard bienveillant?
– La Bienveillance s’incarne dans l’accueil, dans le regard sur l’être profond de soi et de l’autre. Personne ne grandit si on le soupçonne du pire…
– Le regard bienveillant donne un espace de sécurité où l’on peut être soi-même.
– Être bienveillant c’est encore traiter l’autre d’égal à égal dans notre commune humanité.
– La Bienveillance est ouverture au désir profond de l’être au-delà des apparences.
– C’est encore accueillir l’autre dans les limites qui sont les siennes… et les nôtres!
– C’est encore établir une relation qui restaure le tissu social.

En conclusion. Cette phrase qui présente l’ouvrage de Madame Basset m’apparait dire l’essentiel de son propos :
« Appuyé sur le socle de cette Bienveillance originelle, chacun de nous peut oser la bienveillance envers lui-même et envers autrui, et passer ainsi de la culpabilité à la responsabilité. » (1)

Céline Yelle
13 octobre 2015

(1) Présentation du livre de Lytta Basset, Oser la bienveillance, 432 p. (2014) Éditions Albin Michel
http://www.albin-michel.fr/Oser-la-bienveillance-EAN=9782226253880

Tags: ,

Encouragez-nous et faites un don dès aujourd'hui !faire un don