Pourquoi je suis à Chemins de vie

Lors du 5-à-7 qui marquait le début de l’année du 15e anniversaire de Chemins de vie, le 14 septembre 2017, Céline Yelle a été invitée à parler de son implication à Chemins de vie.

Pourquoi Chemins de vie m’a attirée, il y a 15 ans? Pourquoi j’y suis encore en 2017? Ce sont les deux questions que m’a posées notre présidente, Monique, lors de l’invitation qu’elle m’a faite à prendre la parole aujourd’hui.

1. Ce qui m’a attirée à Chemins de vie?

Mon contexte en 2002. J’arrivais à Longueuil ou plus exactement, j’y revenais, après 20 ans dans le Bas-du-Fleuve. Comme j’avais travaillé précédemment au diocèse de St-Jean, à la JEC puis au secteur de l’éducation, je suis allée visiter Roland-Roch Martin qui avait été la personne avec qui j’avais partagé certaines responsabilités dans mes dernières années au Centre diocésain. Nous avons échangé sur nos cheminements, à l’un et à l’autre depuis le temps de cette collaboration. À la fin de nos échanges, Rolland-Roch me dit : « Si tu as le goût de participer à quelque chose à Longueuil, je pense que tu pourrais être intéressée par le Phare, un organisme pour les jeunes. Tu pourrais aussi t’informer auprès de Clément Farly. Il y a un groupe qui est à se former pour répondre à des besoins autour de la spiritualité en pensant à des personnes qui ont pris des distances face à l’église et qui sont en recherche ». Comme je connaissais Clément et que ces réalités m’intéressaient, je me suis adressée à lui.

Ce qui m’a intéressée dès le départ, et qui m’intéresse toujours,
• c’est le mode de fonctionnement de ce groupe
• et sa visée… mais aussi sa vision!

Je me suis jointe à ce groupe qui était à réfléchir ensemble aux besoins, à la visée de l’action, aux modalités… Cette façon de faire me rejoignait profondément. Travailler en groupe, partager ensemble la responsabilité et les responsabilités, s’enrichir et se compléter par nos expériences et nos compétences différentes, c’est sécurisant, enrichissant et cela permet à chaque personne de contribuer avec ce qu’elle est. C’est œuvre de coopération. C’est là, pour moi, expérience d’église dans ce qu’elle a de plus vrai. C’est un chemin de vitalité…, un « chemin de vie » pour soi, les autres, le groupe. Le nom viendra par la suite!

Mon autre point d’intérêt était et est la visée et la vision de ce projet : La quête spirituelle est une dimension importante de la vie. Elle est quête d’intériorité. Si elle se vit de façon très personnelle, cette quête bénéficie de la quête des autres, de la parole partagée en petits groupes, de rencontres avec des compagnons et compagnes, de ressources nourrissantes. Elle se vit de façon personnelle mais elle concerne toute la vie, incluant ses dimensions sociale et collective.

À Chemins de vie, cette quête est faite sous l’éclairage de la tradition chrétienne. Mais elle n’est pas réservée seulement à des personnes ayant une appartenance claire à cette tradition. Elle est partagée aussi par des personnes ayant pris des distances par rapport à une appartenance religieuse ou se situant clairement dans une démarche sans liens religieux. Frédéric Lenoir à « Second regard » exprime bien ces réalités : « Le monde des religions est celui d’un monde collectif, de croyances partagées, de rituels partagés, un monde qui s’inscrit dans une tradition… La spiritualité, c’est la dimension personnelle et intérieure de l’individu, l’être humain qui se questionne, en quête de sens. La spiritualité est de l’ordre de l’intériorité. Le religieux marque le lien social. (…) »
Et il existe une spiritualité religieuse et une spiritualité laïque.

2. Mon implication actuelle

Je coanime avec Diane Laroche l’atelier « Histoire de vie et trajectoire spirituelle », et avec elle, nous avons mis en place un deuxième volet « Écrire sa trajectoire spirituelle » pour des personnes qui le désirent.

Je coanime avec Ginette Rougeau l’atelier « Revenir à qui je suis » pour des personnes qui vivent des changements et désirent faire le point.

Je fais également partie du comité de coordination de l’organisme.

Si je continue jusqu’à présent cet engagement, c’est que j’y trouve :
• Stimulation pour la réflexion sur les humains que nous sommes, sur l’expérience spirituelle et sur la foi chrétienne.
• Enrichissement des voies du spirituel par la variété des parcours, des questions, des découvertes, des inspirations des personnes rencontrées.
• Rencontre de croyants, croyantes en marche, porteurs, porteuses d’une foi vivante; témoins d’une rencontre personnelle de Jésus, ouverts, ouvertes au dialogue.
• Rencontre de personnes athées ou agnostiques, en questionnement sur Dieu ou la religion mais ouvertes à en parler avec d’autres dans un climat de respect.

C’est pour cela que je suis encore de l’équipe de Chemins de vie. Et je veux remercier les membres de cette équipe de même que les participants et participantes pour le bout de chemin partagé. Merci!

Céline Yelle

 

Encouragez-nous et faites un don dès aujourd'hui !faire un don

Laisser un commentaire