Qu’éclate la joie!

Le 3 mai 2015, avait lieu un concert bénéfice au Centre communautaire Saint-Robert de Longueuil au profit de Chemins de vie, sous la présidence d’honneur de M. Mario Paquet, animateur à la chaîne ICI-Musique de Radio-Canada. Voici le texte de l’allocution qu’il a prononcée à cette occasion.

«Qu’éclate la joie»

Mario Paquet  2015Vous êtes-vous déjà demandé ce que signifie au juste le mot “bienheureux” dans le sermon sur la montagne ? Pour un grand nombre de personnes, qu’elles adhèrent ou non au christianisme, les Béatitudes demeurent bien plus qu’un idéal, c’est un «chemin de vie».
Ce que l’on traduit en français par «bienheureux», « béni » ou « heureux » ne rend pas compte de la richesse du mot original grec «makarioi μακαριος ». Traduit littéralement, ce mot signifie « qui possède une joie intérieure incapable d’être affectée par les circonstances qui l’entourent. »
Pour sa part, André Chouraqui dans sa traduction de la Bible, retourne à l’hébreu «ashréi». Il s’agit d’un mot qui évoque «la rectitude d’une personne en marche qui va droit vers YHVH
J’ai réalisé une adaptation des Béatitudes à partir de deux traductions de la Bible, soit La nouvelle traduction Bayard /Médiaspaul et la traduction d’André Chouraqui, dite Bible Chouraqui.

Les béatitudes (Mt 5, 1-10)
Et, voyant les foules, Iéshoua monte sur la montagne et s’assoit là.
Ses adeptes s’approchent de lui.
Il ouvre la bouche, les enseigne et dit :
En marche, joie pour ceux et celles qui sont à bout de souffle!
Oui, le règne des Cieux est à eux!
En marche, joie pour les éplorés!
Oui, ils seront réconfortés!
En marche, joie pour les humbles et les tolérants!
Oui, ils auront la terre en héritage!
En marche, joie pour ceux qui ont faim et soif de justice!
Oui, ils seront comblés!
En marche, joie pour les êtres compatissants (donneurs et gardiens de la vie) !
Oui, ils éveilleront la compassion!
En marche, joie pour les cœurs limpides!
Ils verront le Dieu Amour
En marche, joie pour les conciliateurs, faiseurs de paix!
Ils seront appelés enfants du Dieu Amour!
En marche, joie pour les persécutés à cause de la justice!
Le règne des cieux est à eux ! (Mt 5, 1-10)

La joie des Béatitudes est intérieure. Solide et enracinée, elle nous met aussi en route! Il s’agit d’une autre dynamique de la joie. Les Béatitudes, écrivait la Pape François (Message à la JMJ 2014) «sont porteuses d’une nouveauté révolutionnaire, d’un modèle de bonheur contraire à celui qui nous est communiqué habituellement par les médias, par la pensée dominante où sont exaltés le succès à tout prix, le bien être, l’arrogance du pouvoir, l’affirmation de soi au dépens des autres.»

Quelle «Joie de vivre» ?

La publicité a perverti l’expression «Joie de vivre». Elle l’a vidée de son sens, de sa substance pour n’en conserver qu’une illusion, un succédané. Assimiler la joie au plaisir de consommer, de combler nos manques par des biens matériels est profondément réducteur.
J’aspire à quelque chose de plus qui est de l’ordre de l’être. Est-ce que cela pourrait être un état durable? Je ne sais pas. Je sais qu’elle se manifeste par petites touches. Je sais que, pour moi, la joie m’effleure dans ces moments furtifs où j’ai conscience d’être à ma juste place, dans un état de profonde unité intérieure, réconcilié. Je suis simplement et pleinement qui je suis. Je la cherche sans cesse, cette joie.
Je voudrais pouvoir la sentir partout, la repérer ou la débusquer dans ses moindres recoins. Je sais qu’il existe un socle de joie, un noyau de joie, un roc de joie sur lequel je peux toujours m’appuyer, quels que soient les aléas de la vie. Je sais qu’il existe une maison de joie où je peux me ressourcer pour me redresser. Je voudrais que chaque jour soit un jour J, un jour de joie.
Dans ce mot, j’ouvre une parenthèse, j(oui)e et j’ajoute la lettre «u» pour former le mot «oui», pour indiquer qu’il nous faut consentir à la joie. Oui, je crois à la joie. Oui, je crois qu’elle m’est destinée ici et maintenant. Oui, je m’engage à la conquérir malgré les difficultés de ma vie.
Comme on part à la conquête d’une montagne, on peut partir à la conquête du mont Joie. Elle est à conquérir malgré les forces de dispersion, nos mensonges, nos illusions et nos désillusions. Se pourrait-il qu’on ne la trouve que lorsque tout s’est écroulé? Pas la mort, pas le néant, mais la joie. Quand j’aurai assez désappris, quand j’aurai tout déconstruit, quand j’aurai liquidé mes fausses attentes, quand j’aurai rencontré la vraie pauvreté spirituelle, se pourrait-il que la promesse se réalise et que la joie brûle de tous ses feux ici et maintenant?
Se pourrait-il que mes yeux s’ouvrent chaque jour et que je la voie? Se pourrait-il que je puisse percevoir dans chaque être, au-delà des apparences et quelles que soient les contingences de la vie, un éclat de cette joie? Oui, je la désire, car je sais qu’elle existe, mais c’est encore et toujours le même paradoxe : cela ne semble être possible que dans un mouvement de descente en soi. Cette descente est aussi un chemin de joie « authentique ». Je pourrais reprendre la sagesse judéo-chrétienne et citer les mots du psalmiste qui m’invite, « à tenir mon âme égale et silencieuse, comme un petit enfant contre sa mère » (Ps 130).
Nous devons livrer le combat de la joie, mais désarmés comme un nouveau-né, dépendant et intact dans sa capacité de recevoir. C’est la « petite voie » de Thérèse de Lisieux (1873-1897) :

« Ma joie, c’est de rester petite.
Aussi, quand je tombe en chemin,
Je puis me relever bien vite . » (Thérèse de Lisieux, Ma joie! 21 janvier 1897)

C’est le combat de la joie, de la joie vivante, lumineuse et incarnée, même au cœur de grandes épreuves physiques et morales, comme en a témoigné la jeune religieuse française.
C’est la« grandeur» de cette «petitesse» qu’on peut aussi appeler «humilité» qui se trouve au cœur des Béatitudes et qui nous élève. «Il faut, écrivait Maurice Zundel, que ta vie devienne chef-d’œuvre de lumière et d’amour! Il faut que ta vie soit belle et porte le rayonnement de la joie! Il faut que ta vie devienne un ferment de libération et que ta seule présence soit pour les autres le plus merveilleux des cadeaux!»
Soyons, chacun, les uns pour les autres, cette Joie.
Oui, qu’éclate la joie !

Encouragez-nous et faites un don dès aujourd'hui !faire un don