Questionnement

Si j’avais de la foi gros comme une graine de moutarde ?

Se questionner est important pour avancer dans la vie. Partager son questionnement peut aussi être fort enrichissant. Chemins de vie ouvre ici un espace de partage. Un sujet vous est proposé ; vous pouvez réagir et inter-réagir, librement et fraternellement dans l’encadré « Laisser un commentaire » placé au bas de ce texte. Au plaisir de vous lire !

Comme il est dit en Luc (17, 6) : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : ~ Déracine-toi et va te planter dans la mer ~, et il vous aurait obéi. »

Que veut dire, pour moi, avoir la foi? Je crois en un Dieu d’amour, de tendresse, de bonté, de miséricorde. C’est lui qui m’a créée et qui me donne d’« être ». Il n’est pas situé dans un lieu incertain mais bien enraciné en ce que j’ai de plus intérieur en moi. Il est, dépendamment des circonstances, le Père, l’Ami, le Confident, l’Accompagnateur. Lorsque je m’en éloigne ou semble momentanément l’oublier, il est là quand même, attendant toujours mon retour au bercail avec patience et tendresse. Nos retrouvailles sont toujours source d’une grande joie.

J’ai également foi en moi puisque la base de ma maison est solidement installée sur le roc, sur Dieu. Par contre, je sais pertinemment qu’étant de condition bien humaine, « Je fais ce que je ne veux pas et je ne fais pas ce que je veux. », comme le mentionne Saint Paul. J’ai la ferme conviction que je peux et pourrai toujours compter sur sa miséricorde. Je suis son « enfant », ce qui veut tout dire! Il me tient par la main, me relève, me fait avancer dans cette quête de proximité toujours plus grande avec Lui.

J’ai également foi en l’autre, mon vis-à-vis, mon prochain parce que j’ai « foi en Dieu » et « foi en moi ». Comment ne pas percevoir chez l’autre cette illumination, présente en moi, et en chacun de nous! Encore là, « aimer » à la manière de Jésus n’est pas chose facile et il ne nous a pas promis que ce le serait. Mais, selon St-Augustin, « aime et fais ce que tu veux ». Transmettre, dispenser de l’amour autour de soi portent des fruits dont nous n’en connaissons souvent ni la portée, ni la nature.

Auriez-vous, vous aussi, le goût de partager sur ce don gratuit de Dieu? Sur l’importance de son enracinement? Sur les moyens mis en œuvre pour que cette foi produise, comme la petite graine de moutarde mûrissante, des fruits de vie?Si j’avais de la foi gros comme une graine de moutarde, que se passerait-il ?

Claire Bisson

Tags:

Encouragez-nous et faites un don dès aujourd'hui !faire un don

2 commentaires sur “Si j’avais de la foi gros comme une graine de moutarde ?”

  1. Clément Farly

    « Si vous avez un brin de foi, cela suffit ». Je trouve émouvante cette affirmation de Jésus. Il avait foi dans la foi. Il y voyait une force vitale. Pourtant, on entend souvent dire : « Je n’ai pas la foi » ou « Mes enfants n’ont plus la foi » ou « Les gens n’ont plus la foi ».N’est-ce pas une vue pessimiste de notre réalité?
    Peut-être qu’en effet certains ne croient pas aux dogmes de leur religion … en Jésus … en Dieu… Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a plus de foi. Comment peut-on vivre si on n’a pas au moins un grain de foi? Ce serait le désespoir … il n’y aurait plus qu’à se suicider.
    Comme tu l’écris, si nous regardons autour de nous, nous allons voir de la foi. La foi en soi : chacun, bien sûr selon des degrés divers, croit en sa propre réalité humaine, en sa dignité ; c’est ce qui lui permet de tenir sa place dans la société. La foi en son conjoint, sa conjointe : comment aimer un homme, une femme si on ne croit pas en lui, en elle ? La foi en son enfant : comment élever un enfant, souvent turbulent, insupportable parfois, avec tout ce que cela exige de désintéressement, si on ne croit pas en lui ? La foi en ses amis … en l’humanité. Et aussi, pour ceux qui vont jusque là, la foi en Jésus, la foi en Dieu.
    Il y a plus de foi dans le monde qu’on le dit souvent. Heureusement, car la foi est l’ingrédient de base indispensable pour vivre une vie humaine.

    #1147
  2. Diane Lacombe

    Très belle réflexion. Les deux mots qui me viennent suite au texte sont «confiance et espérance». Et je reprendrais les trois thèmes: pour moi, la foi ce sont ces deux mots «en Dieu, en moi , en l’autre».
    Merci Claire!

    #1110